THERAPEUTIQUES DU FUTUR EN ALLERGOLOGIE

THERAPEUTIQUES DU FUTUR EN ALLERGOLOGIE

Gaël SIBILLE

Résumé :

L’amélioration future de l’arsenal thérapeutique en Allergologie verra très probablement d’une part, l’amélioration de l’existant, d’autre part le développement de nouvelles classes thérapeutiques. Ainsi, on peut pressentir de nouveaux Anti-H1 1 plus puissants et plus sélectifs; de même, des cromones de plus grande durée d’action, des Béta2 mimétiques d’action à la fois rapide et prolongée, des corticoïdes inhalés avec un meilleur rapport entre effet anti-inflammatoire et effet systémique.

Il sera également possible de mieux évaluer la tolérance au long cours des antileucotriènes Une autre possibilité d’inovation est le développement de nouvelles voies d’administration pour des produits connus, voies locales (nasales, oculaires pour les Anti-HI, corticoïdes, Immuno-Thérapies Spécifiques (ITS) inhalées pour la Théophylline).

En ce qui concerne l’ITS, le futur proche verra la synthèse par génie-génétique des épitopes protecteurs préalablement repérés et isolés au sein de l’allergène, afin de développer des allergènes recombinants immunogènes non allergisants. Le développementdes adjuvants permettra de diminuer la fréquence des injections par voie sous-cutanée. L’utilisation de la voie sublinguale améliorera l’acceptabilité de l’ITS Enfin, la meilleure connaissance des mécanismes d’action de l’ ITS, permettra la rationalisation et l’homogénisation des protocoles, pour parvenir au développement de véritables vaccins allergéniques. Le développement des techniques permettra la rationalisation des méthodes de contrôle de l’environnement ( mesures de la concentration allergénique ), emploi de matériaux ( literies, moquettes … ) imprégnés d’acaricides dont l’efficacité et surtout la durabilité restent à démontrer.

La prévention primaire ne sera pas en reste, par la meilleure identification des populations à risque pour un contrôle moins strict mais précoce de l’environnement, ainsi qu’une rationalisation de la diversification alimentaire chez le nourrisson.

Des études sont en cours, en clinique pour de nouvelles molécules représentant des sites d’action originaux en pathologie allergique; ainsi, les anti-tachykinines qui limitent l’hyper-réactivité bronchique d’origine neurogène et la toux, également l’utilisation par voie locale inhalée ou générale de l’Interféron gamma et de l’Interleukine 10, puissants régulateurs de la prolifération TH2.

Enfin, l’Interleukine 5, cytokine secrétée par les TH2 et puissant activateur des éosinophiles, est un site potentiellement très intéressant pour un antagoniste (à découvrir) ou des anticorps monoclonaux déjà utilisés.

Bibliographie;

1. Simons R., Estelle F. -Clinical pharmacology of new H I -receptor antagonists, and why it matters.Rev. fr.Allergol. 1998, 38 (10), 921-924.

2. Pretolani M.-Cytokines dans l’inflammation allergique .Rev fr.Allergol., 1998, 38 (10), 942

946.

3. Lagente V., Boichot E., Emonds-Alt X., Advenier Ch.-Intérêt des antagonistes des recepteurs des tachykinies dans la prévention de l’hyperréactivité bronchique, la toux et l’inflammation des voies aériennes.Rev.fr.Allergol., 1998, 38 (10), 963-971.

4. Dutau G., Rancé F.Juchet A., Rittié J.L., Brémont F., Nouilhan P., -Prévention primaire de l’asthme chez le nourrisson atopique.Rev. _fr.Allergol., 1998, 38 (10), 979-989.