MESOTHERAPIE

La Mésothérapie fut formalisée par le bien nommé Dr Pistor dans les années cinquante. Le principe de cette thérapeutique est d’utiliser les produits pharmacologiques classiques, anti-inflammatoires, antispasmodiques, circulatoires, anesthésiques locaux à la dose minimale en utilisant la voie percutanée par des injections mésodermiques répétées avec une aiguille adaptée de 4 mm de longueur pour être précis, à la dose d’une microgoutte par point et ces injections se font uniquement à l’endroit précis qui est douloureux ou à traiter. L’avantage de ce traitement est l’administration d’une dose minime de molécule active, environ le 1/10ème d’un seul comprimé lors d’une séance multiplié par le nombre de jour entre les séances, environ 10 jours, et nous arrivons à des centièmes de doses habituelles! Aucun effet secondaire proportionnel à la dose, puisque celle-ci est minime, pas de gastralgie pour les antiinflammatoires par ex. Mais si vous êtes allergiques même une dose minime peut provoquer une réaction de la part de l’organisme. En 35 ans de pratique, je n’ai observé d’allergie immédiate qu’une seule fois uniquement cutanée sans choc ou gêne respiratoire. Allergies différées de quelques jours, moins de 10 fois en 35 ans; c’est dire la fréquence minime de ces réactions allergiques.

Si longtemps la mésothérapie a été utilisée, avec des bénéfices dans le traitement de la cellulite, avec des produits comme l’Esbériven injectable, maintenant que d’obscures décisions administratives ont éliminés la plupart des produits de mésothérapie, nous n’utilisons en pratique courante que les anti-inflammatoires à visée antalgique et anti-inflammatoire, logiquement. Pour diluer les produits nous utilisons de la Procaïne, et parfois de la Xylocaïne.

Les avantages de la mésothérapie sont donc une action rapide anti-inflammatoire, antalgique, avec une tolérance optimale, en particulier sur des terrains fragiles, comme les personnes âgées, dans l’arthrose par ex où ces personnes sont cantonnées au Paracétamol généralement, pour calmer leurs douleurs. Toutes les pathologies des articulations et tendons douloureuses aigües peuvent bénéficier de la mésothérapie : lumbago, lombo-sciatique, cervicalgies, dorsalgies, tendinites de l’épaule, du coude, du moyen fessier, des tendons de la patte d’oie, du tendon l’Achille, des atteintes des sésamoïdes. Toutes les douleurs arthrosiques bénéficient de séances lors des poussées aigües inflammatoires, ou en entretien une fois par mois pour éviter la dégradation lente de ses poussées insidieuses de l’inflammation de bas grade. Nous retrouvons ici toutes les articulations grosses ou petites, comme la rhizarthrose du pouce.

Egalement, pour renforcer les défenses immunitaires dans les sinusites, la mésothérapie peut apporter des bénéfices importants.

Encore, j’utilise aussi la mésothérapie avec des anti-spasmodiques pour traiter les troubles fonctionnels intestinaux spasmodiques (colite spasmodique, colon irritable), les coliques néphrétiques, les coliques utérines lors des dysménorhées.

Enfin, dans le domaine de la spasmophilie, des troubles anxieux la mésothérapie apporte ses avantages avec des produits adaptés.

Certains confrères utilisent la mésothérapie à bien d’autres indications avec des produits en rapport avec celles-ci, comme la mésothérapie à visée esthétique, avec l’acide hyaluronique par exemple ; moi, non ; je ne détaille ici que ce qui concerne ma pratique quotidienne.

Contre-indication à la mésothérapie : celle des allergies médicamenteuses concernées : anti-inflammatoires, anesthésiques locaux (procaïne, xylocaïne…). L’allergie à la Procaïne est exceptionnelle et dans ce cas, il faut éviter tous les anesthésiques locaux avec la position « para » (NH2 opposé) des radicaux sur le cycle de la molécule. Les anticoagulants et antiaggrégants sanguins ne contre-indiquent pas la mésothérapie mais demandent quelques précautions; par ex comprimer les zones piquées durant trois à cinq minutes. Rappelons que les doses employées sont de l’ordre du 1/10 de la posologie journalière habituelle… Donc pas d’inconvénients de tolérance souvent liés à la dose injectée.