LES SIGNES DE …

 Liste alphabétique des Signes Médicaux à nom propre.

Signes décrits par des médecins fins sémiologues, de l’époque où les examens paracliniques n’avaient pas remplacé la sagacité d’observation. Nous décrivons ici leur signification sémiologique. En revanche, je n’ai pas inclus les maladies de Untel et Untel, ni les syndromes (ensemble de signes), ni les manoeuvres, ni les épreuves, ni les tests…par contre, puisque cela reviendrait à décrire la moitié de la pathologie !

Signe d’Argyll-Robertson: Association d’une disparition du réflexe photomoteur et conservation de l’accomodation convergence. Parfois avec myosis et une irrégularité pupillaire. Se voit dans le tabès syphilitique…

Signe de Babinski : Extension lente et majestueuse du gros orteil à la stimulation cutanée par frottement du bord externe du pied avec une pointe mousse. Accompagné de l’éventail de Dupré (écartement des autres orteils). En cas d’atteinte pyramidale. Réponse normale: flexion des orteils.

Signe du peaucier de Babinski : le peaucier du cou ne se contracte pas à l’ouverture contrariée de la bouche.

Signe de Blumberg: la décompression de la fosse iliaque droite entraine une douleur en cas d’appendicite

Signe de Bell (Charles) : en cas de paralysie faciale, lors de la tentative de fermeture des paupières, l’oeil reste ouvert et on observe un déplacement synergique normal du globe oculaire en haut et en dehors (contraction du droit sup).

Signe de Brudzinski. La flexion involontaire des membres inférieurs entraînée par celle de la nuque. Flexion du membre controlatéral (gauche, par exemple) en élevant la jambe étendue, ipsilatérale(droite). (Syndrôme méningé)

Signe de Chvostek: La percussion du nerf facial entraîne une contraction de l’orbiculaire des lèvres. Dénote une hyperexcitabilité neuro-musculaire ou une tétanie.

Signe de Claude Bernard Horner. Myosis ptosis, enophtalmie : la fente palpébrale est rétrécie ainsi que la protrusion du globe oculaire. Il signe une atteinte sympathique du même côté, à la base du cou. (Tumeur de l’apex pulmonaire…)

Signe de Cullen : ecchymose péri-ombilicale signant un hémopéritoine (sang dans le péritoine) pour quelques raisons : pancréatites, rupture de rate (traumatique ou non), rupture de trompe utérine sur grossesse extra-utérine, lymphomes, metastases ou tumeur hépatique, fissure d’anévrysme aortique.

Signe de De Graefe : asynergie oculo-palpébrale en regardant vers le bas Maladie de Basedow.

Signe d’Ewart : augmentation des vibrations vocales dans le lobe supérieur G pulmonaire, indiquant une tamponade cardiaque.

Signe de Hoffmann : on tient la deuxième phalange de la main, du majeur et on percute la troisième en flexion; cela entraîne la flexion des autres doigts. Lésion pyramidale.

Signe de Kernig: Résistance douloureuse s’opposant à l’extension de la jambe sur la cuisse préalablement fléchie. (syndrome méningé)

Signe de Koplik : Présence de tâches rouges, irrégulières, à centre bleu clair, au niveau de la bouche, qui précède d’un jour ou deux l’éruption de la rougeole.

Signe de Kussmaul : distention des veines jugulaires à l’inspiration, indiquant une tamponade cardiaque et insuffisance cardiaque droite.

Signe de Lust : la percussion du nerf sciatique poplité externe entraîne une contraction de la loge antéro externe de la jambe (péronniers lat).

Signe de Musset : les carotides dansent en cas d’insuffisance aortique, à l’oeil nu.

Signe de Romberg : atteinte de la sensibilité proprioceptive; le sujet ne reste pas debout dès qu’il ferme les yeux, il oscille jusqu’à la chute. (tandis que le pseudo-Romberg signe une atteinte vestibulaire unilatérale, chute d’un seul côté, aggravée par l’occlusion des yeux.)

Signe de Rossolimo : La percussion de la deuxième phalange des orteils, face plantaire, entraîne une flexion des orteils.

Signe de Rovsing : on déprime la fosse iliaque gauche, ce qui entraîne une douleur au point appendiculaire en cas d’inflammation.

Signe de Smilie : La flexion progressive du genou est faite en appuyant sur la rotule. La douleur signe le syndrome rotuléen.

Signe de Trousseau: Le brassard laissé en pression pendant dix minutes entraîne une contraction involontaire de la main en flexion des doigts « en main d’accoucheur ». (les doigts restent droits) En cas de tétanie, spasmophilie.

Signe de Turner : ecchymoses des flancs ; même valeur sémiologique que le signe de Cullen (voir plus haut) :hémopéritoine…

Signe de Weiss : percussion de l’extérieur de l’orbite entraine une contraction de l’orbiculaire, équivaut au signe de Chvostek.

Signe de Zohlen : L’extension contrariée du quadriceps est douloureuse = syndrome rotuléen.